Les Scandinaves

 

La Scandinavie à l’époque du Roi Arthur est à une période de transition majeure : encore assez loin des Vikings des siècles ultérieurs, la société scandinave au Vème Siècle est en mutation : d’une société rurale égalitaire au départ, des changements majeurs peuvent être distingués par l’archéologie : de plus en plus d’inégalités dans les habitats, des maisons individuelles s’entourent de clôtures.

 

La Société Scandinave

On commence à distinguer une aristocratie, des regroupements locaux, probablement avec le même genre de tissu social que les Germaniques : reiks élus par l’aristocratie, hommes libres et tenanciers liés à des aristocrates, les futurs jarls.

Les maisons sont de longs bâtiments rectangulaires comprenant souvent plusieurs pièces et des étables dans le sud de la Norvège, de la Suède et au Danemark. Elles peuvent contenir de 5 à 50 personnes selon la taille. Le plus gros village reconstitué de cette époque devait comprendre 200 personnes.

Les activités humaines augmentent considérablement à l’époque, avec pêche, agriculture (les champs deviennent individuels), chasse au renne et à l’élan ; le travail du fer est commun, on trouve du fer d’une qualité remarquable. De nombreuses traces de commerce, en particulier avec Rome, sont retrouvées, et font la richesse du Danemark, charnière entre la Scandinavie et le Continent. Chaque tombe de chef a son lot d’objets en provenance des empires romains. On retrouve même à Helgö en Suède un magnifique Bouddha de jade en provenance de l’Inde, daté du VIème Siècle.

La concentration de la population recommence à augmenter, et on retrouve plus d’une quinzaine de centres économiques et politiques répartis dans toute la Péninsule, jusqu’aux îles Lofoten au nord de la Norvège.

 

Les Finnois

Bien que de langue différente des autres scandinaves, les sites finnois ressemblent assez à ce qui peut se passer en Suède ou en Norvège : centres tribaux, commerce avec Rome.

 

Les Samis

Les Samis, que nous appelons lapons, occupent alors la majorité du nord de la Péninsule. Après une période de maisons rondes assez imposantes, et correspondants sans doute à des habitats d’été et d’hiver des siida, les familles, la période arthurienne comprend des habitats plus légers et mobiles. On retrouve des ateliers de récupérations en grande quantités de graisse de phoques (sans doute destinée à l’exportation), ainsi que grande production et de travail du fer.

 

Les Scandinaves et la Guerre

On retrouve des traces de détachements de plusieurs centaines d’hommes avec archers, cavaliers, bien séparés. Les forteresses comprennent des forts de collines, mais également des villages fortifiés, des palissades voire des systèmes de blocage des fjords. Dans les zones de prairies on trouve des forteresses rondes avec des gros murs et des murs de terre autour.

La plus grosse forteresse du Gotland, à Torsburgen, comprend un rempart de 2 kilomètres, rehaussé à 7 mètres de haut au IVème Siècle. Elle était construite pour pouvoir compter un millier de défenseurs, quand la population totale du Gotland ne devait pas dépasser 8000 personnes.

Au point de vue naval, on a découverts des chantiers navals en Norvège pour de long bateaux fins de 30 mètres de long, avec une cinquantaine de rameurs. Ces chantiers devaient comprendre 600 à 800 ouvriers. Les bateaux retrouvés par ailleurs sont également à rames, avec souvent une trentaine de places de banc.

Il a souvent été estimé que les Germaniques et les Scandinaves ne pouvaient se servir de ces bateaux pour la guerre, et que le transport de troupes a été assez sommaire, mais des fouilles au Gotland ont révélés des pierres taillées représentant de longs bateaux mais à voiles. Ces pierres ont été datées du VIème Siècle !

 

La Religion des Scandinaves

Il serait idiot d’extrapoler complètement la religion des Scandinaves des V-VIèmes Siècles de la religion scandinave telle qu’on la connaît par la suite. En effet, ce que l’on sait fut écrit au XIIIème par des individus profondément chrétiens, décrivant la religion archaïque de leurs grands-parents, et ne peut s’appliquer complètement à leurs ancêtres vivant 700 ans plus tôt. Ce serait comme de décrire la Chrétienté du Vème Siècle comme celles de Croisades, mais en pire, les Scandinaves n’ayant pas de tradition écrite entre ces deux dates.

Cependant, en recoupant avec leurs cousins germaniques, on peut déduire plusieurs choses : ils devaient pratiquer un polythéisme autour de dieux comme Odin, Thor, Tyr et Freja. Leurs chefs devaient exercer à la fois des fonctions politiques et religieuses.

On ne connaît pas la religion des samis. Celle des Finnois était, vers le XVIème Siècle, de type polythéiste. Il serait stupide d’en tirer la moindre conclusion.

 

A l’aube d’une Ere Nouvelle

Cette époque est charnière à double titre :

- Tout d’abord, c’est dans les trois siècles qui suivent que va se former la société scandinave que l’on connaît bien, celle de l’âge des vikings. Ainsi vont se former les grands Royaumes Scandinaves du Moyen Âge : Danemark, Suède, et Norvège, ainsi que la stratification de la société.

- Ensuite, si les peuples scandinaves parlent une langue détachée du germanique commun, c’est du VIème au IXème Siècle que va se produire ce que les linguistes appellent la « syncope », qui va éloigner davantage leurs langages de ceux des peuples germaniques.

 

Retour à l’Index